Espionnage industriel France

Temps de lecture estimé : 3 min

"monetique-espionnage-nsa"Espionnage industriel France

Nous en parlions à propos du Brésil et de la surveillance, par la NSA, de sa Présidente Madame Dilma Roussef (cf. article du 19 septembre 2013 Apple 5s Biometric). Le sujet aujourd’hui, bien que connu, dépasse les frontières et les raisons d’espionner un pays, ses entreprises et ses citoyens. La monétique tend également à démocratiser une pratique réservée jusqu’alors aux pays. Le Salon « Cartes Secure Connexions Event 2013« , sera l’occasion de découvrir les offres des industriels.

Avec pour nom de code Enigma, UKSA au cours de la guerre froide et, plus près de nous P415 avec son réseau Echelon, les échanges par téléphone ou Internet sont l’objet d’investissements importants de la part des pays pour des questions de sécurité nationale mais les grandes entreprises s’y intéressent également afin de protéger ou, d’exploiter à des fins commerciales, les données transitant par les PC et téléphones portables. Ce marché conséquent et en fort développement (croissance à deux chiffres) se démocratise et attire maintenant les industriels de la monétique afin d’offrir des services à valeur ajoutée.

Échelon – Le Pouvoir Secret

Documentaire de France2 – 2012

Les américains ironisent à la suite des réactions récentes du gouvernement français s’offusquant de telles pratiques de la part du plus vieil allié des États-Unis depuis le 18ème siècle. En effet, c’est bien un secret de polichinelle que de rappeler que la DGSE récolte déjà aujourd’hui des données numériques sur nos concitoyens, mettant ainsi en évidence une pratique courante des pays, d’utiliser l’espionnage à des fins antiterroriste ou anticriminelle.

Le débat revient aujourd’hui car les pratiques d’espionnage doivent rester discrètes et dès lors qu’elles sont connues, on s’en offusque. Hypocrisie s’exclame la Presse américaine avec raison. Quid au sujet des mêmes pratiques utilisées par les industriels ou les grands comptes auprès du public, à l’instar des données monétiques récoltées lors des paiements réalisés par les ménages ?

Lorsqu’on sait que grâce aux réseaux sociaux, les citoyens révèlent librement leurs vie privée, préférences, opinions politique et religieuse doit-on toujours s’offusquer de l’analyse et de l’exploitation de ces données ?

Si les abus des pays ou des entreprises doivent-être condamnés et les pratiques déclarées afin d’utiliser en connaissance de cause un produit ou un service, une éducation citoyenne à ce sujet serait bien plus efficace afin de sensibiliser les citoyens à un sujet omniprésent au XXIème siècle. A ce propos, les américains organisent régulièrement et gratuitement des stages de sensibilisation au kidnapping d’enfants afin de prévenir un risque omniprésent sur leur sol. Qu’en est-il de la France ?

L’analyse et l’exploitation des données sont toujours un sujet tabou lorsque sont pris, la main dans le sac, les pays ou les industriels les pratiquant. Le Salon Cartes Secure Connexions Event qui se tiendra du 19 au 21 novembre 2013 sera l’occasion de découvrir les solutions proposées par les industriels du secteur de la monétique. Parmi celles-ci on peut citer le « Wallet » et le « Cloud » dont l’objectif est de récolter des données facilitant le paiement à distance « E-Commerce ou M-Commerce » mais qui permettra également, au fil du temps, de mieux cerner les habitudes de consommation des ménages.

La rédaction

www.moneticien

All Rights Reserved – Tous Droits Réservés

Georges Langeais

Ingénieur informatique, diplômé Executive MBA. Professionnel de la « Monétique, Sécurité et Ecommerce » auprès d'acteurs majeurs (Banque, Éditeurs - France - Europe - USA). Enseignant Chercheur & Maitre de Conférences Associé (Moyens de Paiement - Cybersécurité - Transformation Digitale).

Top