Europe – La carte bancaire en danger après l’abaissement de la Commission d’Interchange

Temps de lecture estimé : 3 min

"Associations-cartes-bancaires-interchange-Europe"La carte bancaire en danger après l’abaissement de la Commission d’Interchange

Des associations de défense des droits du consommateur (Espagne, Italie, Portugal, Pays-Bas et Roumanie) ont signé un manifeste commun afin de s’opposer « aux conséquences de l’application d’une commission d’interchange abaissée et commune à tous les pays sans discernement« . Mais le périmètre de la Loi proposée par la Commission Européenne, étend son champ aux cartes bancaires commerciales (Carte Affaires, Business, etc..). Ce sont donc les marchés du particulier et de l’entreprise qui sont dorénavant impactés par cette Loi soumise au Parlement. A l’heure où des investissements conséquents sont engagés dans le « paiement mobile« . Quelles conséquences pour les acteurs de la chaine de valeurs monétique dont le consommateur et le commerçant ?. Quel sera le modèle économique pour les établissements financiers afin de recouvrer un nouvel équilibre du système carte bancaire ?. Monsieur Régis Folbaum, Président de MasterCard France s’exprime, sur un sujet d’intérêt général et stratégique qui bouleverse l’équilibre d’un écosystème monétique fragile, lors d’une interview exclusive accordée aux lecteurs de Monéticien.

"Moneticien-Mastercard"Monéticien : Monsieur Régis Folbaum, merci de nous accorder un entretien exclusif au sujet d’une question d’actualité qui embarrasse la Commission Européenne et dont la décision, d’application d’un « interchange unique » sur le marché intérieur ne va pas dans le sens de la cause défendue par MasterCard. Pouvez-vous revenir sur la genèse des échanges avec la Commission Européenne et les points de divergence ?

Régis Folbaum : Je veux rappeler tout d’abord que MasterCard ne perçoit pas l’interchange. Lorsque la Commission Européenne s’est intéressée à cette question, voici une quinzaine d’années, elle avait proposé au départ d’abaisser uniquement la commission des opérations transfrontalières. Cependant, aujourd’hui, elle demande son application aux transactions domestiques, ce que MasterCard conteste car une disposition qui s’appliquerait à tous les pays sans discernement ne fait pas de sens au regard de la disparité des équilibres locaux de la banque en général et de la monétique en particulier. J’insiste sur le fait que « MasterCard partage les objectifs affichés de la Commission Européenne pour la constitution d’une Europe des paiements électroniques, plus sûre, plus efficace et plus innovante« . Mais nous restons circonspects sur la capacité du paquet législatif, en cours de discussion, d’atteindre in fine ces objectifs. De fait, la Commission Européenne va légiférer sur un sujet qui bénéficierait essentiellement au « Grand Commerce« .

-O-O-O-O-O-

Monéticien : Nous avons contacté la Commission Européenne dont un proche du dossier nous a informé qu’un accord avec les principaux consortiums bancaires, dont MasterCard, avait établi une commission d’Interchange à 0,2% et 0,3% respectivement pour les cartes de débit et de crédit. Confirmez-vous cette information et pourquoi la contester aujourd’hui ?

Régis Folbaum : En 2008-2009, des discussions, ont bien eu lieu entre la Commission Européenne et MasterCard (nous ne pouvons pas nous exprimer au nom des autres consortiums bancaires), et elles ont abouti à un « accord intérimaire » qui portait seulement sur les opérations transfrontalières. Le projet actuel de la Commission inclut les transactions domestiques, ce que conteste MasterCard. La Commission Européenne fonde les taux plafonds selon une méthodologie réalisée pour le compte de la Direction Générale de la Concurrence et du Marché Intérieur intitulée ……..

L’accès est réservé aux abonnés. Si vous souhaitez recevoir l’intégralité de l’interview, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.

La Rédaction

All Rights Reserved – Tous Droits Réservés

Propos recueillis par Georges Langeais

Si vous avez manqué les épisodes précédents :

[contact_form]

Georges Langeais

Ingénieur informatique, diplômé Executive MBA. Professionnel de la « Monétique, Sécurité et Ecommerce » auprès d'acteurs majeurs (Banque, Éditeurs - France - Europe - USA). Enseignant Chercheur & Maitre de Conférences Associé (Moyens de Paiement - Cybersécurité - Transformation Digitale).

Top