Monde – Cartes Secure Connexions 2014

Temps de lecture estimé : 4 min

"monetique-2014"Cartes Secure Connexions 2014

Le salon le plus important de l’activité de la Monétique ouvrira ses portes à Villepinte du 4 au 6 novembre 2014 pour sa 29ème édition. Ce sera l’occasion de valider les dernières tendances marché proposées par les fournisseurs de cet écosystème. Au fil des années, on perçoit la confirmation ou l’infirmation de solutions en réponse à la problématique de l’essor du « Commerce en Ligne » qui poursuit bon gré, mal gré son expansion à deux chiffres.

Depuis 2012, plusieurs projets en sécurité et mobilité ont vu le jour (cf. Salon Cartes 2012 et 2013) mais peu d’entre-eux ont été commercialisés avec succès par les acteurs de la monétique en environnement B2B2C. Cette année, l’accent sera mis sur le « virage du numérique grâce aux objets connectés et les futurs usages« . Le marché appelle de ses voeux le renouvellement des équipements (marchands et consommateurs) et le téléchargement de nouvelles applications pour enrichir « l’expérience de l’acheteur et du vendeur« .

D’ailleurs, les dirigeants du « Salon Cartes« , dont le nom a été modifié depuis deux ans en ajoutant « Secure Connexions« , ne se sont pas trompés. Notre environnement est devenu connecté en permanence et les moyens de joindre une entreprise ou un particulier ont augmenté considérablement. Rappelez-vous :

Le courrier postal se démocratise dès le 18ème siècle, avec la cartographie économique et monétaire d’un pays et le recensement de sa population. La radiophonie, le téléphone et le téléviseur respectivement au 19 et 20ème siècle, apportent une extension de notre savoir du Monde en rapprochant les peuples. Au milieu du 20ème siècle, le Fax et la téléphonie mobile permettent de contacter les agents économiques plus fréquemment et humanisent la relation commerciale au-delà de la relation de proximité. A la fin du 20ème siècle, Internet mutualise les connaissances et apporte son lot de services distants au point de devenir intrusif dans la « vie privée des consommateurs« .

"montre-horloge-objet-connecte"Garde-temps d’un futur connecté

Les prochains services se veulent facilitateurs de notre quotidien, mais à y regarder de près, le citoyen se transforme petit à petit en un « consommateur sur pattes« , joignable 24h/24h et 7j/7j qui perd  son anonymat et augmente sa charge de travail récurrente. En effet, parmi les tendances du marché, celle omniprésente dorénavant où le particulier est affecté à des taches administratives bénévoles, depuis chez lui et dévolues habituellement aux entreprises. Grâce à Internet, le « Citoyen-Consommateur » réalise aujourd’hui des opérations de banque, de déclaration d’impôts en ligne ou encore souscrit à un service en constituant son propre dossier. D’ailleurs, on note une dégradation dans la relation clients de proximité et le devoir de conseils depuis que les entreprises estiment que leurs offres sont dorénavant consultables sur Internet.

"paiement-objets-connectes"Salon roulant connecté au réseau

Si on constate bien une avancée dans l’accès aux services, on en conclue également que le particulier passe de plus en plus de temps à des tâches répétitives qui étaient auparavant assumées par les fournisseurs de produits et services. Et que dire des nombreuses sollicitations reçues au quotidien (sms, courriel, appel à domicile ou sur le portable, etc.), selon le canal, par des entreprises heureuses d’avoir enfin l’opportunité d’une relation directe avec leur client ou un prospect.

Ainsi, 90% des courriels reçus sont des spams aujourd’hui. Le premier indicateur du rejet de ces sollicitations intempestives nous vient des États-Unis où 25% des clients de la banque refusent une relation à distance. De quoi méditer pendant ses vacances, sur les atouts réels d’un service distant unique au détriment d’une relation de proximité traditionnelle.

"Television-interactive"Téléviseur interactif

Paradoxe de cette tendance forte, tout le Monde s’en plaint avec une « frontière professionnelle et personnelle qui a l’épaisseur d’une feuille de papier« . Mais personne ne recherche une solution à cette question, convaincu que c’est pour le bien d’autrui (autrui étant aussi soi-même).

Si le rejet n’est pas encore majoritaire chez le particulier à la recherche de sérénité et d’anonymat, les entreprises devraient tout de même l’intégrer dans leurs réflexions car elles ne sont plus les seules à solliciter aujourd’hui un client. Aussi, « l’Internet des objets » qui à termes, entrera dans nos foyers, pourrait bien se développer avec son lot de consommateurs rejetant l’idée d’être hyper-sollicité dans le dernier endroit il peut encore se réfugier.

La Rédaction

All Rights Reserved – Tous Droits Réservés

Georges Langeais

Ingénieur informatique, diplômé Executive MBA. Professionnel de la « Monétique, Sécurité et Ecommerce » auprès d'acteurs majeurs (Banque, Éditeurs - France - Europe - USA). Enseignant Chercheur & Maitre de Conférences Associé (Moyens de Paiement - Cybersécurité - Transformation Digitale).

Top