Monde – Le Bitcoin poursuit une offensive entre info et intox

Temps de lecture estimé : 2 min

"Bitcoins-Drogue"Le Bitcoin poursuit une offensive entre info et intox

Depuis l’an dernier, le phénomène du BitCoin interpelle les acteurs de la monétique comme les banques centrales mondiales. Une offensive d’imposer la monnaie électronique, comme « la monnaie virtuelle de référence« , a commencé depuis le mois de décembre 2013 et se poursuivra cette année afin de prendre de vitesse les gouvernements qui n’ont pas, à ce jour, de solution alternative « maison » pour contrer son expansion. Aussi, l’univers de la communication par les réseaux sociaux notamment devient un terrain de jeu des pro et anti BitCoin. Dernière annonce démentie depuis par la firme de Mountain View, celle de Google qui s’intéresserait au sujet. Décryptage à ceux qui n’ont pas suivi les épisodes précédents…

Une certitude, le sujet de la monnaie électronique intéresse les acteurs de la chaine de valeurs de la monétique et notamment les PSP (fournisseurs de services de paiement) mais aussi les établissements de paiement et les banques centrales. Par exemple, en France la société Rentabiliweb dont le Président fondateur du Groupe, Monsieur Jean-Baptiste Descroix-Vernier a annoncé la semaine dernière sa volonté de devenir un Établissement de Monnaie Électronique en ouvrant cette activité aux Pays-Bas. Information confirmée par un Tweet de son Vice-Président Monsieur Thibaut Faurès-Fustel-de-Coulanges qui recherche un acteur bancaire en Hollande « BitCoin compliant » (cf. tweet ci-dessous).

"monetique-bitcoin-rentabiliweb"Tweet du VP de Rentabiliweb

Au sujet de Google, un échange par courriel a été révélé et confirmé par le SVP de la firme, Monsieur Sridhar Ramaswamy, de l’intérêt de Google d’intégrer une monnaie électronique pour son wallet mais démenti dans l’interprétation des médias d’intégrer le BitCoin.

Le BitCoin a-t-il une chance d’être choisi par les grands comptes comme monnaie électronique ?

La question est importante et c’est bien la raison des annonces actuelles sur la toile de grandes sociétés qui pourraient l’accepter à court terme, à l’instar également d’Ebay et de sa filiale Paypal.  Mais pas seulement. Des distributeurs de billets pourraient aussi voir le jour, selon la société portugaise Lamassu qui annonce à son tour avoir reçu 120 commandes d’automates en provenance de 25 pays, selon une information de BFMTV. Les acteurs de la monétique s’observent donc et ont inclus le projet de la « monnaie électronique » dans les sujets pour 2014 sans pour autant y associer un calendrier de déploiement tant la question est complexe et réservée aux experts du domaine de la  cryptologie. De là à affirmer que le BitCoin sera le gagnant, rien n’est moins certain car le sujet touche à l’économie mondiale et les gouvernements ne se laisseront pas déposséder de la question régalienne des États qui en assurent la stabilité et la confiance des utilisateurs.

Mais alors qui croire ?

La pression amorcée en fin d’année dernière continue de peser sur les banques centrales en attendant qu’elles proposent une solution alternative avec leur propre monnaie électronique. Plusieurs pays regardent maintenant avec intérêt ce sujet mais n’ont pas encore de propositions concrètes à offrir aux entreprises comme aux particuliers. En attendant une annonce des banques centrales, les aficionados du Bitcoin occupent le terrain de la communication vantant les bienfaits d’une monnaie aux applications intéressantes mais dont l’instabilité du cours les dessert actuellement pour imposer cette monnaie au quotidien.

La Rédaction

All Rights Reserved – Tous Droits Réservés

Georges Langeais

Ingénieur informatique, diplômé Executive MBA. Professionnel de la « Monétique, Sécurité et Ecommerce » auprès d'acteurs majeurs (Banque, Éditeurs - France - Europe - USA). Enseignant Chercheur & Maitre de Conférences Associé (Moyens de Paiement - Cybersécurité - Transformation Digitale).

Top