AuroraCoin en Islande PesetaCoin en Espagne l’Europe menacée par les cryptomonnaies ?

Temps de lecture estimé : 3 min

"AuroraCoin-CryptoMonnaie"AuroraCoin en Islande PesetaCoin en Espagne

La « crypto-monnaie » séduit les intellectuels défenseurs d’un système de monnaie décentralisée qui ne serait plus sous l’influence des politiques monétaires et des gouvernements. « AuroraCoin en Islande PesetaCoin en Espagne » sont les dernières monnaies virtuelles dont on parle comme étant une alternative possible à la monnaie européenne, l’Euro.

A nouveau, il ne s’agit pas d’une monnaie officielle, ni d’un projet des gouvernements islandais et espagnols mais bien d’initiatives privées (sous le pseudo de « Baldur Friggjar Odinsson » pour l’Islande) qui souhaitent distribuer une monnaie nationale dans le pays. Afin d’accélérer son déploiement auprès de la population islandaise (les autres nationalités n’y ont pas accès théoriquement), la moitié du potentiel en circulation sera distribuée gratuitement aux habitants de l’ile.

La tendance des créateurs de cryptomonnaies est donc dorénavant de distribuer une monnaie alternative à la monnaie légale en Europe et non plus avec le concept premier d’une monnaie universelle et mondiale dont les récents scandales, autour du BitCoin, ont montré les limites.

"Cryptomonnaie-paiement-Espagne"Source : PesetaCoin.info

Mais l’initiative de l’AuroraCoin, en cours de distribution en Islande, n’est pas isolée. En effet, on trouve par exemple le même engouement en Espagne avec la « PesetaCoin » (émission prévue de 166 Millions d’unités), clin-d’œil à l’ex-monnaie nationale qui a été remplacée depuis par l’Euro. Il s’agit donc d’un courant idéologique qui s’exprime, soutenu par une poignée d’individus qui s’opposent clairement aux politiques et aux gouvernements en place. Taxes abusives et scandales financiers sur fond de crise économique profonde en Europe, un vent de révolte sociale et monétaire s’exprime désormais avec l’émission d’une monnaie électronique nationale en marge des systèmes de paiement existants.

Mais aussi et surtout, plus inquiétant encore, un courant nationaliste de certains européens qui voient en la cryptomonnaie un outil de paiement au service d’une idéologie. Les anti-européens et opposés à l’Euro, s’expriment à demi-mots maintenant en soutenant une cryptomonnaie nationale qui pourrait remplacer à termes, la monnaie officielle. « L’argent du peuple pour le peuple » est un courant de pensée qui fait son chemin et s’oppose aux gouvernements et aux politiques en place. Mais les craintes, d’une poignée de personnes souhaitant gagner rapidement de l’argent aux dépends d’une population crédule « early-adopter« , restent omniprésentes.

A défaut de l’annonce d’un projet européen de cryptomonnaie avec un Euro dématérialisé permettant une utilisation sur le Web, les gouvernements de chaque pays devraient s’intéresser de plus près aux initiatives locales qui risquent de mettre encore plus en difficulté les principes fondateurs d’une Europe politique, économique et sociale actuellement malmenée.

Si l’idée d’une monnaie universelle et dématérialisée répond à la tendance d’une virtualisation de nos économies, le défaut actuel de sécurité, de réglementation et de contrôle de la volumétrie du « virtual Coin« , laissent le champ libre à des opportunistes en quête d’argent facilement et rapidement gagné.

La Rédaction

All Rights Reserved – Tous Droits Réservés

Pour aller plus loin : Nos précédents articles sur la cryptomonnaie

Georges Langeais

Ingénieur informatique, diplômé Executive MBA. Professionnel de la « Monétique, Sécurité et Ecommerce » auprès d'acteurs majeurs (Banque, Éditeurs - France - Europe - USA). Enseignant Chercheur & Maitre de Conférences Associé (Moyens de Paiement - Cybersécurité - Transformation Digitale).

Top