FinTech Menace pour les Banques ou un Miroir aux Alouettes

Temps de lecture estimé : 10 min

FinTech Menace pour les Banques ou un Miroir aux AlouettesFinTech menace pour les banques ou un miroir aux alouettes

Second volet de notre dossier consacré à l’engouement du marché pour les Fintech. Lors du « Paris Fintech Forum 2016 » (@PFF2016) qui s’est tenu au « Ministère de Bercy » (@_Bercy_) jeudi dernier, ce ne sont pas moins de 80 entreprises qui ont présenté, tour à tour, leur concept novateur. Un marathon pour les auditeurs qui ont pu s’informer sommairement de l’état de l’art du marché. « Fintech menace pour les banques ou un miroir aux alouettes » est la seconde partie de notre article (FinTech ou le Piège de la désintermédiation bancaire) consacré à une révolution annoncée dans la dématérialisation et la désintermédiation des services bancaires par de nouveaux entrants.

Le Miroir aux alouettes

Unus pro omnibus, omnes pro uno

L’expression française « Miroir aux alouettes » trouve sa source dans l’univers des chasseurs au XXème siècle. Il s’agit d’un piège en forme d’oiseau recouvert de petits morceaux de miroir, afin d’attirer l’attention des alouettes aux alentours. Grâce à cette technique, les chasseurs postés en embuscade peuvent en attraper plusieurs à la fois. L’alouette est un des oiseaux particulièrement sensible à la réflexion de la lumière du soleil. Une aubaine pour des chasseurs en quête d’une proie facile.

L’adhésion à notre association est ouverte. Merci de nous laisser vos coordonnées professionnelles (cf. formulaire en bas de page) et nous vous contacterons rapidement. Rejoignez-nous pour une information objective et indépendante.

Dans la première partie de notre dossier, nous avons mis en relief, le rôle historique d’un État dans la régulation du marché de la « banque et de la finance » et de son désengagement progressif depuis ces dernières décennies. Les particuliers et les entreprises sont à la merci de règles mercantiles édictées par de nouveaux entrants qui peuvent défaillir demain, sans un soutien en seconde ligne de garanties étatiques, contrairement aux banques traditionnelles qui en bénéficient toujours. moneticien.com – « FinTech Menace pour les Banques ou un Miroir aux Alouettes » – 02/2016 – All Rights Reserved

Deus Omnibus

De la devise « Unus pro omnibus, omnes pro uno » (Un pour tous et tous pour un), reprise dans le roman « Les 3 Mousquetaires » par son auteur « Alexandre Dumas » père. Nous sommes depuis à un tournant historique de nos démocraties avec pour seule devise « Quisque sibi et Deus omnibus » (Chacun pour soi et Dieu pour tous).

Une locution illustrée par Monsieur « Thierry Philiponnat » , Secrétaire Général de l’ONG « Finance-Watch » en 2012, rappelant que le monde de la finance d’aujourd’hui est « La socialisation des pertes (les contribuables) et la privatisation des profits (les actionnaires) » à l’occasion du projet de Loi séparant les activités de la banque traditionnelle, de celles des produits dérivés.

Avec l’arrivée d’un nouveau courant de pensée, symbolisé par la société « Uber » , nous voyons l’émergence d’un concept d’entreprise qui repose fondamentalement sur des activités sous-traitées (une coquille presque vide) où l’homme est réduit à un produit ou service jetable. « Une société dont les activités sont à responsabilités limitées et les dégâts sociaux illimités » [source: Moneticien.com – « FinTech Menace pour les Banques ou un Miroir aux Alouettes » – 01/2016 – Tous Droits Réservés] et qui fait des adeptes aujourd’hui parmi les dirigeants de « FinTech » . Il est important de le souligner.

Suite de notre dossier dont vous trouverez, ci-après, le sommaire :

  1. Introduction (cf. notre premier article)
  2. Un contexte favorable aux FinTech ? (cf. notre premier article)
  3. Désintermédiation et dématérialisation, une réalité ?
  4. Les produits et services financiers ciblés par les FinTech
  5. Les limites à l’effervescence du marché
  6. En conclusion

Désintermédiation et dématérialisation, une réalité ?

Ce n’est pas la première fois que les activités financières de la banque sont convoitées par d’autres entreprises. Bénéficiant d’un quasi-monopole, les établissements financiers ont été inquiétés pour la première fois en France, au milieu des années 1980 avec la parution de la nouvelle « Loi Bancaire du 24 juillet 1984 » ayant pour objectifs de favoriser la modernisation du secteur, tout en préservant sa sécurité (cf. Bulletin de la Commission Bancaire n°31 – Novembre 2004). Une nouvelle réforme en 2012, interviendra à la suite de faillites successives de certaines banques dans le Monde. moneticien.com – « FinTech Menace pour les Banques ou un Miroir aux Alouettes » – 02/2016 – All Rights Reserved

Une désintermédiation bancaire amorcée depuis trente ans

Elle débuta par les compagnies d’assurance. Ces dernières collectrices d’épargne pouvant ainsi prêter aux entreprises et aux particuliers de l’argent collecté à moindres frais. 35 ans en arrière, on prédisait déjà une mort programmée des banques traditionnelles face à une concurrence sérieuse. Trois décennies plus tard, les assureurs font certes de la banque, mais les banquiers font également de l’assurance. Match nul !!!

Au début des années 2000, de nouveaux entrants sont apparus afin Vous venez de terminer la partie en lecture libre de l’article. Pour adhérer à Monéticien, rendez-vous en bas de page.

Accès Adhérents

FIN DE DE LA SECONDE PARTIE   

Fin de l’article « FinTech Menace pour les Banques ou un Miroir aux Alouettes » . Pour pouvez poursuivre la lecture de notre dossier exclusif en accédant au troisième et dernier volet intitulé : FinTech de la concurrence à la sous-traitance bancaire

Très belle semaine à nos cotés.

La Rédaction

COPYRIGHTS MONETICEN.COM – All Rights ReservedTous Droits Réservés

English Readers : We daily monitor all trafic of our website and register all suspect activities in order to provide sufficient proofs. Read our « Legal Notice » for further details.

Lecteurs francophones : Nous scannons quotidiennement le trafic sur notre site et enregistrons toute activité suspecte pour une production de preuves devant la justice. Pour plus d’informations, consultez notre page « Infos Légales » .

[contact_form]

Georges Langeais

Ingénieur informatique, diplômé Executive MBA. Professionnel de la « Monétique, Sécurité et Ecommerce » auprès d'acteurs majeurs (Banque, Éditeurs - France - Europe - USA). Enseignant Chercheur & Maitre de Conférences Associé (Moyens de Paiement - Cybersécurité - Transformation Digitale).

Top